5 raisons de venir à Saint-Émilion

4Résultats

  • La plus vaste église monolithe d'Europe !

    La plus vaste église monolithe d'Europe !

    En savoir plus
        LA PLUS VASTE ÉGLISE MONOLITHE D'EUROPE !   - RAISON #1 DE VENIR À SAINT-ÉMILION ! -     38 m de long pour 12 m de haut : l’église monolithe - c'est-à-dire créusée dans un seul bloc de pierre - vaut absolument le détour. Histoires et légendes s'entremêlent dans ce monument incroyable : il vous faudra le voir pour le croire !     > VOUS SEREZ IMPRESSIONNÉS : par ses proportions gigantesques !    L’église monolithe est un édifice religieux souterrain creusé au début du XIIème siècle dans des proportions impressionnantes : 38m de long pour 12 m de haut.   Si elle se révèle aux yeux du visiteur par la position d’un clocher haut de 68 mètres, elle se dérobe ensuite derrière l’élégance de trois grandes "fenêtres" en façade et d’un portail gothique souvent clos (car c'est uniquement en visite guidée que vous pourrez entrer dans cette église souterraine pour une expérience inoubliable). C’est que l’église est aussi surprenante que fragile !   Au cœur de la cité, l’église monolithe rappelle l’activité religieuse de la ville au Moyen Age et intrigue par sa conception hors du commun.          > VOUS SEREZ EPOUSTOUFLÉS : par la prouesse technique !    Le nom de cette église sous-tend à lui seul son caractère "hors du commun". Le nom monolithe tire ses racines du grec ancien « mono » signifiant « unique » et « lithos » signifiant « pierre » ; qualifiant un édifice creusé directement dans le plateau calcaire de Saint-Émilion.    En effet, pendant près d’un millénaire, entre le IXe et le XIXe siècle, les carrières de pierre se sont multipliées dans le plateau calcaire de Saint-Émilion. Des carriers ont ainsi travaillé sans relâche à l’extraction de millions de blocs de pierre destinés aux grands chantiers de construction de Saint-Émilion jusqu’à Bordeaux. Cette exploitation a laissé un immense réseau de 80 ha de galeries souterraines, constituant un labyrinthe géant de presque 200 km cumulés.    L'église monolithe reste aujourd'hui l'édifice le plus emblématique de cette extraction de la pierre calcaire. Elle fut sûrement commanditée pour accompagner le développement de la cité autour d’une activité de pèlerinage sur le tombeau du saint patron Saint-Emilion.      > VOUS REMONTEREZ LE TEMPS : en compagnie du moine Emilion !     Dans le village portant son nom, le souvenir d'Emilion n'est jamais bien loin !   Ce breton, natif de Vannes et célèbre pour ses miracles, décide au VIIIème siècle de quitter sa terre natale pour se retirer et se consacrer à la prière. Longeant la côte Atlantique, il devient moine puis s’installe à Ascumbas, ancien nom de la cité de Saint-Émilion.   Rejoint par quelques disciples Bénédictins, il y fonde la première communauté religieuse et évangélise la population. C'est ainsi que fut créée la grande cité monastique à laquelle les fidèles donnèrent son nom quelques siècles plus tard.   Le saint homme serait mort en l’an 767, après avoir passé les dix-sept dernières années de sa vie dans son ermitage, simple grotte située au cœur du village, à quelques pas de l'église monollithe où ses reliques auraient pendant un temps été conservées avant de mystérieusement disparaître ...       > VOUS SEREZ INTRIGUEZ : par la légende du siège d'Emilion !     D'ailleurs, peu connu du grand public, l'Ermitage de Saint-Emilion est un lieu magique. Dans cette grotte formant un abri naturel se trouve le fauteuil ou siège de méditation d'Emilion, où le moine du même nom avait pour habitude de prier.   Au fil des années et des récits, ce siège s'est vu affublé du nom de "Siège de Fertilité". En effet, la légende veut qu'il suffit à une femme désirant avoir un enfant de s'assoir sur ce fauteuil et de prier Saint-Emilion pour tomber enceinte dans l'année.      -   " Simple mythe diront les plus sceptiques ! "   -     Sauf que l'Office de Tourisme reçoit chaque année des dizaines de faire-part de naissance de la part des nombreuses femmes venues du monde entier spécialement pour s'assoir sur ce "Siège de Fécondité" !      
  • Le premier vignoble inscrit par l'UNESCO au Patrimoine Mondial de l'Humanité

    Le premier vignoble inscrit par l'UNESCO au Patrimoine Mondial de l'Humanité

    En savoir plus
         PREMIER VIGNOBLE INSCRIT AU PATRIMOINE MONDIAL DE L'HUMANITÉ PAR L'UNESCO !     RAISON #2 DE VENIR À SAINT-ÉMILION !     Depuis décembre 1999, la Juridiction de Saint-Émilion est inscrite au Patrimoine Mondial de l’Humanité, au titre de « paysage culturel ».    Un paysage culturel est, pour l'UNESCO, un paysage représentatif d'une région du monde traduisant les « œuvres conjuguées de l'être humain et de la nature. Ils expriment une longue et intime relation des peuples avec leur environnement ». Dans la Juridiction de Saint-Émilion, tout rappelle que l’Homme et la Nature ont avancé ensemble, en y développant la culture de la vigne apparue il y a plus de 2 000 ans. Un paysage culturel comme celui de la Juridiction est sculpté par son histoire et sa géographie. Architectures religieuses, architectures viticoles ou petit patrimoine architectural familier des générations passées (cabanes de vigne, lavoirs, cressonnières, moulins, etc.) sont autant d’expressions d’une société, de ses savoir-faire à maintenir vivants et à transmettre aux générations futures.       Les 8 communes de la Juridiction L’inscription UNESCO de notre territoire concerne la Juridiction de Saint-Émilion soit la cité médiévale de Saint-Émilion, les sept villages qui l’entourent ainsi que leurs vignobles.   Ce territoire se déploie sur Saint-Christophe-des-Bardes, Saint-Laurent-des-Combes, Saint-Hippolyte, Saint-Étienne-de-Lisse, Saint-Pey-d’Armens, Saint-Sulpice-de-Faleyrens et Vignonet.   De 1199, où la Jurade est instaurée (voir page 33), jusqu’en 1999, cet espace géographique va se définir comme une « communauté viticole familiale et solidaire ». Cette définition est l’un des fondements de l’inscription à l’UNESCO dont les habitants tirent une grande fierté car, tout au long de ces années, chacun à sa manière a contribué à lui donner sens et à pérenniser le vignoble de Saint-Émilion.   N’oublions pas la Dordogne ! Le 11 juillet 2012, le Conseil International de Coordination du programme « Man and Biosphere » de l’UNESCO intègre le bassin de la Dordogne dans le réseau mondial des réserves de Biosphère. La reconnaissance offerte par ce réseau met ainsi en lumière l’exceptionnel territoire traversé par la Dordogne, tant par sa nature préservée que par son patrimoine culturel, sans oublier son art de vivre marqué par l’empreinte de la rivière.    
  • Le classement des vins de Saint-Émilion

    Le classement des vins de Saint-Émilion

    En savoir plus
      Si les vins de Saint-Émilion sont mondialement connus, c’est sans conteste grâce au formidable travail de promotion de la Jurade qui n’a de cesse de faire connaître et reconnaître ses vins, aussi bien en France qu’à l’étranger.   Dès 1884, des vignerons se regroupent pour créer le premier syndicat viticole de France. L’évolution du monde viticole est alors en marche, et toute une série d’actions va être entreprise au cours des années suivantes.   Le syndicat viticole crée deux Appellations d’Origine Contrôlée : Saint-Émilion et Saint-Émilion Grand Cru. Il instaure un classement permettant aux vins d’A.O.C. Saint-Émilion Grand Cru d’être distingués au titre de : - Grand Cru Classé - 1er Grand Cru Classé   - 1er Grand Cru Classé A.   Ce classement, adopté et institué par le Syndicat Viticole de Saint-Émilion (rebaptisé en 2007 le Conseil des Vins de Saint-Émilion) en 1955 est révisé tous les 10 ans et incite les viticulteurs à se rapprocher toujours plus de l’excellence. Il a pour principal objectif de garantir l’origine, la qualité et l’authenticité des vins de Saint-Émilion.   Une Commission de classement des crus de l’appellation Saint-Émilion Grand Cru a pour mission de s’assurer du respect de l’ensemble de la procédure. Celle-ci est désignée par le Comité National Vins et Eaux de Vie et est composée de 7 personnes représentatives de la viticulture, en dehors de la région bordelaise.   Voici quelques critères qui sont rigoureusement examinés par la Commission : les méthodes adoptées dans les vignes et dans les chais la politique de communication et de distribution en France et à l’international la notoriété des propriétés viticoles   Le dernier classement élaboré par l’INAO (Institut National de l’Origine et de la Qualité) et le Ministère de l’Agriculture date de 2012 et a consacré 82 Châteaux, dont 4 Premiers Grands Crus Classés A : Château Cheval Blanc Château Pavie Château Ausone et Château Angélus.   Cette même année, la dégustation a représenté une part importante de la note finale des crus classés avec un jury de dégustateurs experts et anonymes.     Attention : l’abus d’alcool est dangereux pour la santé. A consommer avec modération.
  • Une destination gourmande

    Une destination gourmande

    En savoir plus
        DES RECETTES GOURMANDES & UNIQUES ! - RAISON #4 DE VENIR À SAINT-ÉMILION -     A l’évocation du nom de Saint-Émilion, certains penseront vin, mais d’autres penseront gourmandises et recettes traditionnelles ! Tour d'horizon de nos spécialités locales incontournables !     > ON SAVOURE : le fameux macaron de Saint-Émilion      Cette spécialité gourmande se transmet de génération en génération à Saint-Émilion depuis que les sœurs Ursulines établirent leur couvent dans la cité médiévale en 1620.     Lors de l’Exposition Universelle de 1867, ces petites gourmandises furent dégustées en accompagnement des vins de Saint-Émilion. Le Jury ne s'y trompa pas et prima tant les vins que les macarons ! Moins colorés que les macarons parisiens, les macarons de Saint-Émilion sont fabriqués à partir d’amandes douces et amères, de blanc d’œufs et de sucre !   Leur réputation n’est plus à faire et aucun fabricant n’est parvenu à atteindre la qualité des macarons fabriqués avec la recette des religieuses de Saint-Émilion en la possession aujourd'hui de Nadia Fermigier.         > ON DÉCOUVRE : l'étrange lamproie de Sainte-Terre     Âgée d'environ 500 millions d’années, la lamproie - parfois surnommée « Vampire des mers » - est emblématique du Saint-Émilionnais et symbole du village de Sainte-Terre. Bien que déjà cuisinée au Moyen Âge sous forme de pâté en croûte, la lamproie a su rester dans nos assiettes à travers le temps.   Depuis 1913, la dénomination « Lamproie à la bordelaise » permet aux visiteurs de faire une immersion dans la culture régionale.   La commune de Sainte-Terre s’est autoproclamée capitale mondiale de la lamproie en 1990. Elle a donc choisi de célébrer cet animal aquatique vieux de 450 millions d’années et d'en faire un objet d'étude, de rencontres et d'occasions de réunions conviviales et gastronomiques ! Ainsi, tous les ans au mois d'avril, la Confrérie de la Lamproie rassemble les amateurs et les curieux lors de deux journées de célébrations et de partage : la Fête de la Lamproie.            > ON DÉGUSTE : le Crémant de Bordeaux made in Saint-Émilion   Au cœur de la cité, la production de Crémant de Bordeaux (vin blanc ou rosé pétillant fabriqués selon la méthode traditionnelle) se perpétue depuis le XIXe à la fois sous la Tour du Roy aux Caves de la Tour du Roy et dans la pénombre des carrières souterraines de l’ancien monastère des Franciscains au Cloître des Cordeliers.         > DES ÉTOILES PLEIN LES YEUX ET LES PAPILLES : chez les étoilés Michelin du territoire      La gastronomie Saint-Émilionnaise  s’inspire de notre patrimoine et terroir local. Le vin y occupe ainsi une grande place et participe à cette cuisine. Rien d’étonnant à ce que de grands chefs, tels que Philippe Etchebest, y aient exercé.   Aujourd'hui le Grand Saint-Émilionnais compte trois tables étoilées :