UNESCO

7Résultats

  • Les 20 ans de l'inscription : 3 jours de festivités !

    Les 20 ans de l'inscription : 3 jours de festivités !

    En savoir plus
    Les 28, 29 et 30 juin 2019, trois journées de festivités viendront animer la Juridiction tout entière.   Les animations se déploieront sur les huit communes de la Juridiction : Saint-Émilion, Saint-Christophe-des-Bardes, Saint-Laurent-des-Combes, Saint-Etienne-de-Lisse, Saint-Hippolyte, Saint-Sulpice-de-Faleyrens, Saint-Pey d’Armens et Vignonet. Festives et populaires, ces trois journées seront marquées par de nombreux temps forts : Saint-Emilion Fête le Vin (avec un pass dégustation à 17 € donnant accès à 7 vins en dégustation) 3 soirées de concerts et de musique dans toute la Juridiction (25 concerts et animations musicales au total) Portes Ouvertes des châteaux Marchés des producteurs Conférences (dont une mettant en avant les vignobles inscrits à l’UNESCO – Bourgogne, Champagne, Val de Loire, Lavaux, Douro, Tokaj) Espace parents-enfants Balades philosophiques et déambulations nocturnes Illumination de monuments emblématiques Théâtre de rue Banquet en bord de Dordogne à Vignonet Procession de la Jurade de Saint-Emilion et Reconstitution de la marque à feu du vinetier      Le détail de ces trois jours de festivités sont à retrouver sur le site de l'association Juridiction de Saint-Émilion, Patrimoine Mondial de l’Humanité.     
  • Le premier vignoble inscrit par l'UNESCO au Patrimoine Mondial de l'Humanité

    Le premier vignoble inscrit par l'UNESCO au Patrimoine Mondial de l'Humanité

    En savoir plus
    Décembre 1999 reste une date historique pour Saint-Émilion !   C’est à cette date que le vignoble et les 8 villages de la Juridiction de Saint-Émilion ont été inscrits au Patrimoine Mondial de l’Humanité par l’UNESCO, au titre de “paysage culturel”. Une première mondiale !   Mais d'ailleurs, que signifie la notion de patrimoine mondial de l'humanité ?      Pour l’UNESCO, Saint-Émilion est “un exemple remarquable d’un paysage viticole historique qui a survécu intact”. Une vigilance toute particulière est apportée à ce “paysage culturel” exceptionnel pour qu’il puisse être préservé et qu’il puisse perdurer dans le temps.   C’est pourquoi, depuis 1993, une Commission (composée de membres de l’INAO, de représentants de la mairie des communes concernées, de représentants de la Chambre d’Agriculture et de Viticulteurs) est chargée de valider ou non l’occupation végétale d’une parcelle ou la modification de la structure d’un sol.   Cette inscription représente environ 5 000 hectares de vignes réparties sur les huit communes de la Juridiction de Saint-Émilion : Saint-Émilion, Saint-Laurent des Combes, Saint-Christophe des Bardes, Saint Pey-d’Armens, Saint-Etienne de Lisse, Saint Sulpice de Faleyrens, Saint-Hippolyte et Vignonet.   L’inscription au Patrimoine Mondial de l’UNESCO continue de faire la fierté des vignerons qui ont à la fois façonné et préservé le terroir. Ce sont eux qui aujourd’hui oeuvrent chaque jour pour faire découvrir à plusieurs millions de visiteurs la richesse de ce patrimoine ; tout comme l’Office de Tourisme du Grand Saint-Émilionnais, le Conseil des Vins de Saint-Émilion ou encore l’Association Juridiction de Saint-Émilion, Patrimoine Mondial de l’Humanité.   En effet, il ne s’agit pas seulement d’un patrimoine naturel remarquable mais également d’un patrimoine historique et architectural considérable avec la cité médiévale de Saint-Émilion, son église monolithe, ses carrières souterraines, ses rues pavées et ses nombreux monuments religieux. Par ailleurs, la Juridiction de Saint-Émilion foisonne d’églises romanes, de moulins et de pigeonniers qui participent au charme incontesté de ce territoire.   À savoir :   Deux autres vignobles français sont reconnus par l'UNESCO depuis juillet 2015  : les côteaux, maisons et caves de Champagne les “climats” de Bourgogne   Attention : l’abus d’alcool est dangereux pour la santé. A consommer avec modération.
  • L'inscription par l'UNESCO : un processus historique

    L'inscription par l'UNESCO : un processus historique

    En savoir plus
    1999 - 2019 : 20 ANS D'INSCRIPTION AU PATRIMOINE MONDIAL DE L’HUMANITÉ C’est une aventure humaine exceptionnelle de 800 ans qui est mise en lumière par l'inscription, celle de la cité médiévale de Saint-Émilion et des sept villages qui l’entourent.   Sans le détruire, les communautés humaines ont tiré le meilleur parti des caractéristiques du territoire pour développer leurs activités et leur manière de vivre. La culture des terres, l’exploitation des carrières, l’établissement et le développement urbain, la construction des édifices religieux et des maisons d’habitation : tout cela a créé un paysage en parfaite harmonie avec la topographie et les ressources du territoire.   Voici quelques-unes des dates clés : 35 000 - 10 000 av. J-CPremières traces de l’établissement de l’Homme dans la région de Saint-Émilion   IIIème siècleLa vigne "Biturica" est plantée dans les environs   VIII - XIIème siècleInstallation du moine Émilion et construction des églises et cloîtres sur le territoire   1199Fondation de la Jurade et de la Juridiction de Saint-Émilion   1289Délimitation des frontières actuelles de la Juridiction   1884Création du premier syndicat vinicole   1867 & 1889Obtention de la médaille d’or de l’Exposition universelle & Grand Prix Collectif de l’Exposition universelle par les vins de Saint-Émilion   1948Refondation de la Jurade par les viticulteurs   1931Création de la première cave coopérative de la Gironde   1954Première classification des vins de Saint-Émilion par l’Institut National des Appellations d’Origine   1993Début des travaux pour l'inscription de la Juridiction de Saint-Émilion au Patrimoine Mondial de l'Humanité par l’UNESCO   Juin 1998Dépôt du dossier de candidature de la Juridiction de Saint-Émilion   2 décembre 1999Inscription de la Juridiction de Saint-Émilion au Patrimoine Mondial de l'Humanité par l'UNESCO
  • Un "paysage culturel" remarquable

    Un "paysage culturel" remarquable

    En savoir plus
    En 1972, la Convention du patrimoine mondial est devenue le premier instrument juridique international à reconnaître et à protéger les paysages culturels. Les paysages culturels représentent les « œuvres conjuguées de l'homme et de la nature » désignées à l'Article 1 de la Convention.   Ils illustrent l'évolution de la société et des occupations humaines au cours des âges, sous l'influence des contraintes et/ou des atouts présentés par leur environnement naturel, et sous l'effet des forces sociales, économiques et culturelles successives, internes et externes.   Les paysages culturels se divisent en trois catégories majeures (Orientations 2008, annexe 3) : Le plus facilement identifiable est le paysage clairement défini, conçu et créé intentionnellement par l'Homme, ce qui comprend les paysages de jardins et de parcs créés pour des raisons esthétiques qui sont souvent (mais pas toujours) associés à des constructions ou à des ensembles religieux. La deuxième catégorie est le paysage essentiellement évolutif. Il résulte d'une exigence à l'origine sociale, économique, administrative et/ou religieuse et atteint sa forme actuelle par association et en réponse à son environnement naturel. Ces paysages reflètent ce processus évolutif dans leur forme et leur composition. Ils se subdivisent en 2 catégories : - Un paysage relique (ou fossile) est un paysage qui a connu un processus évolutif qui s'est arrêté, soit brutalement soit sur une période, à un certain moment dans le passé. Ses caractéristiques essentielles restent cependant matériellement visibles. - Un paysage vivant est un paysage qui conserve un rôle social actif dans la société contemporaine, étroitement associé au mode de vie traditionnel et dans lequel le processus évolutif continue. En même temps, il montre des preuves manifestes de son évolution au cours des temps. C’est le cas de la Juridiction de Saint-Émilion.  La dernière catégorie comprend le paysage culturel associatif(3).   Dans la Juridiction de Saint-Émilion, tout rappelle que l’Homme et la Nature ont avancé ensemble, en y développant la culture de la vigne apparue il y a plus de 2 000 ans. Un paysage culturel comme celui de la Juridiction est sculpté par son histoire et sa géographie. Architectures religieuses, architectures viticoles ou petit patrimoine architectural familier des générations passées (cabanes de vigne, lavoirs, cressonnières, moulins, etc.) sont autant d’expressions d’une société, de ses savoir-faire à maintenir vivants et à transmettre aux générations futures.Il est important de noter que la Convention reconnaît l’interaction entre l’être humain et la nature et le besoin fondamental de préserver l’équilibre entre les deux. 
  • Le territoire de la Juridiction de Saint-Émilion

    Le territoire de la Juridiction de Saint-Émilion

    En savoir plus
    L’inscription par l'UNESCO de notre territoire au Patrimoine Mondial de l'Humanité concerne la Juridiction de Saint-Émilion soit la cité médiévale de Saint-Émilion, les sept villages qui l’entourent ainsi que leurs vignobles.   Ce dernier se déploie de Saint-Christophe-des-Bardes, Saint-Laurent-des-Combes, Saint-Hippolyte, Saint-Étienne-de-Lisse, Saint-Pey-d’Armens, Saint-Sulpice-de-Faleyrens jusqu’à Vignonet.     Ce territoire va se définir comme une « communauté viticole familiale et solidaire » de 1199, où la Jurade est instaurée, jusqu’en 1999. Cette définition est l’un des fondements de l’inscription par l’UNESCO dont les habitants tirent une grande fierté car, tout au long de ces années, chacun à sa manière a contribué à lui donner sens et à pérenniser le vignoble de Saint-Émilion.   Les chiffres clés de la Juridiction de Saint-Émilion : 8 communes 7 846 hectares 5500 habitants (environ) 67,5 % de l’aire inscrite produit du vin 230 000 hectolitres de vin rouge y sont produits 1 200 000 touristes par an  
  • La Dordogne, réserve naturelle de biosphère par l'UNESCO

    La Dordogne, réserve naturelle de biosphère par l'UNESCO

    En savoir plus
    Le 11 juillet 2012, le Conseil International de Coordination du programme « Man and Biosphere » de l’UNESCO intègre le bassin de la Dordogne dans le réseau mondial des réserves de Biosphère. La reconnaissance offerte par ce réseau mondial met en lumière le territoire exceptionnel traversé par la Dordogne, tant par sa nature préservée, son patrimoine culturel que par son art de vivre marqué par l’empreinte de la rivière.   Chaque réserve de biosphère doit remplir trois fonctions fondamentales, à la fois complémentaires et se renforçant mutuellement : une fonction de conservation, pour contribuer à la conservation des paysages, des écosystèmes, des espèces et des variations génétiques une fonction de développement, pour favoriser un développement économique et humain durable d’un point de vue socio-culturel et écologique une fonction logistique, pour fournir un soutien à la recherche, à la surveillance continue, à l’éducation et à l’échange d’informations concernant les questions locales, nationales et mondiales de conservation et de développement.   L'UNESCO reconnaît ainsi le bassin de la Dordogne comme un territoire exemplaire et d’intérêt majeur à l’échelle mondiale. Il suggère aussi une certaine harmonie entre la nature et les hommes qui l’ont exploitée, habitée, façonnée, rêvée… sans l’abîmer irrémédiablement.    Pour toute information complémentaire, vous pouvez vous rapprocher d'EPIDOR, l’Établissement public territorial du bassin de la Dordogne.   
  • L'association "Juridiction de Saint-Emilion, Patrimoine Mondial de l’Humanité"

    L'association "Juridiction de Saint-Emilion, Patrimoine Mondial de l’Humanité"

    En savoir plus
    En 1999, la Juridiction de Saint-Emilion est devenue le premier vignoble inscrit au patrimoine mondial de l'Humanité par l'UNESCO au titre de ses paysages culturels. L’association Juridiction de Saint-Emilion, Patrimoine Mondial de l’Humanité est garante devant l’Etat du bien inscrit, en charge de sa gestion, de sa valorisation et de sa préservation.   Elle est co-présidée par Bernard Lauret, Maire de Saint-Emilion et Président de la Communauté de Communes du Grand Saint-Emilionnais et Jean-François Galhaud, Président du Conseil des Vins de Saint-Emilion. Son Conseil d’Administration rassemble les huit communes de la Juridiction (Saint-Emilion, Saint-Laurent des Combes, Saint-Christophe des Bardes, Saint Pey-d’Armens, Saint-Etienne de Lisse, Saint Sulpice de Faleyrens, Saint-Hippolyte et Vignonet), la Communauté de Communes du Grand Saint-Emilionnais et le Conseil des Vins de Saint-Emilion.