Saint-Émilion

Share Button
Aa - +
Saint-Émilion
  • Saint-Émilion
  • Saint-Émilion
  • Saint-Émilion

 

Présentation de la commune

Saint-Émilion est une commune appartenant au Canton des Coteaux de Dordogne et faisant partie des 8 communes de la Juridiction de Saint-Émilion. Elle appartient également à de la communauté de communes du Grand Saint-Émilionnais. Située à 40 km au Nord-Est de Bordeaux et 8 km de Libourne, elle se dresse sur le coteau nord de la vallée de la Dordogne. La commune compte aujourd’hui 1994 habitants, dont 200 intra-muros, appelés les Saint-Émilionnais et les Saint-Émilionnaises.
C’est un village historique entouré de vigne, à la renommée internationale, visité par plus d’un million de touristes chaque année. Il fait partie de l’ancienne Juridiction de Saint-Emilion, territoire inscrit sur la liste du Patrimoine mondial de l’Humanité depuis 1999.

Un peu d’histoire…

  •         Origine du nom

Le nom de la commune de Saint-Emilion provient de celui de l’ermite breton Émilion qui s’installe sur le site au VIIIe siècle. Le blason représente les armes de la ville.

  •         Historique

Au VIIIe siècle, un moine bénédictin venu de Bretagne, nommé Aemilianus, installe son ermitage dans une grotte de la forêt d’Ascumbas.
Du IXe au XIIe siècle, les catacombes et l’église monolithe sont creusées et une communauté religieuse s’installe sous la règle de Saint-Benoît.
En 1152 l’Aquitaine passe sous domination anglaise, favorisant un essor considérable du vignoble et du commerce du Claret.
Les bourgeois signent en 1199 une charte avec Jean Sans Terre, Roi d’Angleterre : la ville obtient du roi son autonomie sous une double tutelle administrative et civile : la Jurade. Ces nouveaux privilèges seront confirmés en 1289 par Edouard 1er Roi d’Angleterre qui étend les pouvoirs de la Jurade aux paroisses voisines qui formèrent alors la Juridiction.
Du XIIIe au XVIe siècle, alors que débutent les troubles annonçant la guerre de Cent Ans, la construction des remparts se poursuit. En 1237, la construction de la tour du Roy, qui tiendra lieu d’hôtel de ville pour la Jurade, atteste par son style Anglo-Normand de la forte influence anglaise en Guyenne.
Un peu plus tard, deux communautés religieuses établies jusqu’alors hors les murs de la ville, viennent s’abriter intramuros : Les Franciscains ou Cordeliers ainsi que les Dominicains ou Jacobins.
La cité passe successivement de la couronne anglaise à la couronne française jusqu’au traité de paix signé en 1453 à l’issue de la Bataille de Castillon. Mais la paix sera de courte durée, les Guerres de Religion éclatent dès 1562 et ces épisodes auront des conséquences catastrophiques tant pour la cité que pour son vignoble : les protestants ont perpétré deux pillages en 1580 et en 1589 qui eurent pour résultat la disparition des reliques d’Emilion.
La Révolution Française anéantie la vie religieuse et le dépeuplement de la ville; la dégradation des monuments s’aggrave, en 1789 : la Jurade est dissoute. En 1793, Elie Guadet, député « Girondin » à la Convention, fuit la Terreur et revient dans sa ville natale demander asile pour lui et 6 de ses compagnons proscrits. Ils resteront 9 mois dans la clandestinité avant d’être exécutés.
La révolution viticole est amorcée dès la seconde moitié du XVIIIe siècle par des propriétaires de domaines viticoles ouverts aux idées et aux techniques nouvelles. En 1884, les viticulteurs de Saint-Émilion créent le premier syndicat viticole de France qui devient le moteur d’une exceptionnelle politique qualitative menée depuis ce jour sur le vignoble. Elle aboutira notamment à la création de l’aire de production de l’AOC Saint Emilion en 1936, puis à la renaissance de la Jurade, en 1948, sous la forme d’une confrérie dont le rôle est de promouvoir les vins de saint Emilion dans le monde entier.
L’inscription de la Juridiction de Saint Emilion au patrimoine mondial par l’UNESCO en 1999, au titre de paysage culturel a amené les 8 communes qui la composent à signer en 2001 une charte patrimoniale qui a pour objectif de mettre en place un plan de gestion de ce paysage.

 

Un patrimoine naturel (…)

Saint-Émilion est parcouru par le ruisseau Du Taillas, le ruisseau De Fongaband, la Barbanne et la Dordogne sur environ 11 kilomètres.

 

Des vignes…

L’appellation Saint-Émilion représente 5400 hectares de vignes et se divise en deux appellations : Saint-Emilion AOC et Saint-Emilion Grand Cru. Plus d’information sur le vignoble de Saint-Emilion ici.

 

Points d’intérêts :

Le clocher de l’église monolithe, la Tour du Roy ou encore la Porte Brunet vous offriront de magnifiques points de vue sur la cité médiévale et sur le vignoble !

 

Plusieurs randonnées vélo et pédestres, passant par Saint-Émilion et ses alentours sont proposées par l’Office de Tourisme. Retrouver ces balades ici.

 

La cité médiévale offre aussi à découvrir 12 monuments incontournables de la cité. Retrouvez les ici.

 

Le village accueille de nombreux événement, dont notamment : La Jurade, le festival Philosophia, Jazz Festival, marchés des producteurs de pays, le festival Vino Voce, Journées Européennes du patrimoine, Salon des Artisans d’Art, marché du Gout, Montgolfiades… Découvrir l’agenda complet ici.

 

L’Office de Tourisme vous propose également une large offre touristique : diverses visites de la cité et des vignobles, mais aussi des châteaux à découvrir et leurs vins à déguster… Découvrir l’ensemble de l’offre touristique proposée par l’Office de Tourisme ici.

 

Coordonnées de la Mairie de Saint-Emilion

6 place Pioceau

PB 101

33330 SAINT-EMILION

Tél : 05 57 24 72 09

@ : accueil@ville-stemilion.fr

www.saint-emilion.org

 

Horaires d’ouverture :

Lundi au jeudi : de 8h30 à 12h et 13h30 à 18h

Vendredi : de 8h30 à 12h et 13h30 à 17h