LA PORTE BRUNET

Share Button
Aa - +
LA PORTE BRUNET
  • LA PORTE BRUNET
  • LA PORTE BRUNET
  • LA PORTE BRUNET

 

Les remparts et la porte Brunet

 

Les remparts de Saint-Emilion aurait été commandité par l’Angleterre au XIIème siècle dans le but de protéger le prospère village de Saint-Emilion.

 

Ce mur de fortification peut être aussi considéré comme un mur d’apparat, de prestige dont le but premier aurait été de montrer la puissance du village plus que de le protéger. Toujours est-il qu’il devait être nécessaire de payer une taxe pour entrer dans le village intra-muros, représentant une nouvelle source de richesse.

 

 

Les habitants commencèrent par creuser eux même tout autour du village des fossés profonds. Avec les pierres extraites, ils édifièrent un mur d’enceinte englobant plus de 18 hectares et courant sur environ 1,5 km autour du village. Cette muraille était flanquée de six portes et de petites tours défensives, un chemin de ronde liait ces portes entre elles.

On trouvait au nord, la porte Bourgeoise ; à l'est, la porte Brunet ; à l'ouest, les portes des Chanoines et de Saint-Martin ; au sud, la porte Bouquère ou Bocquère et la porte Sainte-Marie.

Ces autres portes, à l’exception de la porte Brunet, ainsi qu’une majorité de l’ancienne fortification furent détruites au cours des guerres de religions au XVIème puis encore au XIXème siècle avec le percement de la rue Guadet et le désir d’ouvrir la cité à la circulation moderne.

 

La porte Brunet, tirant son nom du Gascon « Branet » signifiant landes, bruyère, clairière, cette porte s’ouvrait sur la campagne. D’une longueur de 9.50m de long et d’une largeur de 3.90m, on devine encore entre ses deux arcs un assommoir par lequel les défendeurs jetaient des pierres et de l’eau bouillante sur les assaillants. Les côtés furent élargis au XVIIème siècle pour que les charrettes puissent s’y croiser. Le passage se fermait à l’aide de portes en bois sur gonds toujours visibles de nos jours.